page d'accueil

Reportage : Journée Internationale des Migrants à Nancy

22 décembre 2020 Actu Reportages et interviews


Mardi 22 décembre 2020

Reportage : Journée Internationale des Migrants à Nancy

Le vendredi 18 décembre 2020, c’était la Journée Internationale des Migrants*, proclamée par l’Organisation des Nations Unies le 4 décembre 2000 et commémorant l’adoption de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille. A Nancy, plusieurs ONG et associations s’étaient donné rendez-vous au Passage Lecreux pour montrer leur soutien à tous ceux qui ont du fuir leurs pays que ce soit pour échapper à la guerre, à la faim ou encore à la persécution. Dans un contexte de pandémie mondiale, avec une météo hivernale qui ne pousse les gens dehors que pour effectuer les derniers cadeaux de Noël, les organisateurs ont eu la surprise de voir entre 100 et 200 personnes faire le déplacement. Certains avaient accroché des banderoles sur la passerelle, d’autres avaient confectionné des petits radeaux de fortune, en bois, en boîte d’œufs, en carton, sur lesquels ils avaient déposer des bougies allumées, avant de les faire prendre le large sur le canal. La chorale des Sans Nom, ensemble vocal militant et révolutionnaire, était là aussi, pour accompagner les différentes interventions au micro des associations Réseau Education Sans Frontière, Un Toit pour les Migrants, Amnesty International, Médecin du Monde, Ligue des Droits de l’Homme, du syndicat Sud-Solidaires et de familles de migrants venus témoigner. Le mot d’ordre était simple : la régularisation de tous les sans-papiers, sans condition.

Simon Attenot

* « La Journée internationale des migrants est l’occasion de dissiper les préjugés et de sensibiliser l’opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d’origine que de leur pays de destination.

Les migrations sont une réalité incontournable. De nombreuses raisons amènent les gens à se déplacer – que ce soit pour étudier à l’étranger, rejoindre des membres de la famille, chercher un emploi ou des moyens de subsistance, ou assurer un meilleur avenir à leurs enfants. D’autres quittent leur pays pour fuir la criminalité, la violence, les conflits, la persécution, l’insécurité, la discrimination, les catastrophes naturelles et la dégradation de l’environnement, ou encore la pauvreté.

En ces temps de mondialisation et d’interdépendance, la migration internationale pourrait bien devenir un phénomène encore plus répandu. L’intégration croissante des marchés du travail, la baisse du prix des transports et l’existence de réseaux d’information et de communication et de réseaux sociaux bien établis sont autant de facteurs qui favorisent la mobilité.

Si la plupart des migrations internationales sont motivées par des raisons économiques, les conflits, les violences, les persécutions, la répression politique et les autres violations graves des droits de l’homme figurent parmi les principales causes des mouvements de personnes.

Aujourd’hui, la migration mobilise de plus en plus l’attention de la communauté internationale. Mêlés à des éléments d’imprévisibilité, d’urgence et de complexité, les défis et les difficultés des migrations internationales exigent une coopération renforcée et une action collective entre les pays et les régions. » Source un.org


Share